Quand on débute à la guitare, on n’a qu’une envie, jouer et progresser. Nous avons tous été très enthousiastes, voire euphoriques à jouer nos premiers riffs, accords et morceaux. Quelle satisfaction ! Seulement voilà, au bout d’un moment, quelques semaines pour certains, quelques mois pour d’autres, s’installe cette imprévisible sensation de flottement, de stagnation. On a l’impression de ne plus progresser, de stagner. Parfois même, on pense régresser et cela entraine des interrogations et de la frustration. C’est à ce moment précis que le danger rode, car nombreux sont ceux qui ont abandonné et n’ont pas retrouvé la motivation nécessaire pour s’y remettre. Dans cet article, nous verrons quels sont les bons réflexes à adopter pour rester motivé et continuer de progresser à la guitare. Et vous verrez qu’avec de bonnes habitudes simples à mettre en place, le plaisir revient et on progresse à nouveau.

Choisir la bonne guitare

Il est essentiel de choisir une guitare qui correspond à votre style. Cela dit, la plupart du temps, je recommande à mes élèves de commencer avec une guitare sèche. Les guitares sèches ou folk sont plus adaptées pour jouer vos premières chansons. En effet, le son acoustique se rapproche davantage de celui de vos morceaux favoris, sauf bien sûr si vous êtes un féru de métal, alors partez plutôt pour une guitare électrique. Idem si vous êtes passionné de musique classique, de flamenco ou de bossa nova par exemple, optez alors pour une guitare classique. La guitare sèche est quant à elle un bon choix d’instrument pour débuter et jouer un répertoire rock, folk, pop, blues, variétés françaises et internationales, etc. Le mieux est encore de se rendre dans un magasin de guitare et d’essayer, vous pourriez être surpris…

Comment rester motivé et continuer de progresser à la guitare. Chambre avec instruments.

Se souvenir de ses débuts

Nombreuses sont les raisons pour lesquelles nous avons commencé la guitare. Certains sont tombés dans la marmite dès l’enfance en ayant un père ou une mère guitariste ou musicien. D’autres ont eu une révélation lorsqu’ils ont découvert un artiste, et ont depuis une mission sur terre : jouer comme lui. Pour d’autres, c’est un loisir, une détente qui permet de se relaxer et de passer des bons moments, tout simplement. Enfin, il y a celles et ceux qui s’y mettent en espérant s’affirmer socialement. Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises raisons pour débuter à la guitare, ce qui compte, c’est de prendre du plaisir. Donc, lorsque la baisse de motivation se fait sentir, rappelez-vous les raisons pour lesquelles vous avez commencé et ce que cela vous a apporté.

Comment rester motivé et continuer de progresser à la guitare. Guitariste débutant.

S’inspirer sans se comparer

Que celui qui ne s’est jamais comparé à un guitariste de légende, lève la main ! Tôt ou tard, arrive le moment où l’on veut s’identifier à son héros et on se dit que finalement la guitare, ce n’est pas pour nous. On pense ne pas avoir le talent nécessaire et que l’on n’arrivera jamais à atteindre le niveau technique des grands guitaristes. On s’imagine que pour eux, c’est facile. Que leur talent est inné. Grave erreur ! Tous les guitaristes, même les plus expérimentés, passent par des moments de doute, de remise en question et de baisse de motivation.
La différence entre ceux qui progressent et ceux qui abandonnent se résume en deux mots : travail et volonté. La pratique permet de répondre à ces doutes de manière factuelle. La volonté de continuer, la détermination de ne pas baisser les bras face aux obstacles, l’énergie pour vaincre le doute sont fondamentales pour maintenir le cap. Tenez bon, ayez confiance en vous et continuez de pratiquer !

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Mon challenge pour apprendre la guitare
we can be heroes, just for one day

Définir son planning et ses objectifs

Fixez-vous des objectifs concrets et réalisables dans un temps défini. Autrement dit, quels sont vos objectifs et en combien de temps sont-ils atteignables ? Par exemple, vous souhaitez chanter et vous accompagner en open tuning à la manière de Ben Howard ? Vous voulez vous perfectionner dans le travail des gammes et jouer un solo à la sauce Clapton ou Frusciante ? Vous préférez développer vos bases sur la composition et l’arrangement pour l’enregistrement futur d’un EP avec votre groupe ou simplement jouer votre morceau préféré de Jack White.
Dès lors que vous vous êtes fixé un objectif, imposez-vous une deadline :

  • 1, 2, 3 ou 4 semaines : objectif à très court terme. Simple et efficace. Idéal quand on débute. Par exemple : dans une semaine, j’arrive à enchainer deux ou trois accords avec une ou deux rythmiques. Dans trois semaines, j’arrive à jouer l’intro du morceau choisi. Pensez aussi à travailler pendant quelques minutes une technique spécifique à chaque séance. Par exemple, je m’entraine 5 min sur les hammers, les pull-offs et les slides durant 10 séances.
  • 2, 4 ou 6 mois : objectif à court terme. Rationnel, facilement accessible qui permet d’organiser vos séances de pratique quotidienne. Par exemple : apprendre les accords de base, plusieurs rythmiques, arpèges et commencer à jouer certains de vos morceaux favoris.
  • 1 an : objectif à moyen terme. Concret, qui permet d’approfondir vos connaissances, d’être plus à l’aise avec le rythme, de savoir jouer un morceau entièrement et correctement, d’improviser un solo rock ou blues en se repérant sur les gammes, de jouer plusieurs styles…
  • 3, 4, 5 ans : objectif sur le long terme. Le plus important. Il se présente comme l’objectif le plus difficile à atteindre et en même le plus excitant ! Maîtriser le répertoire d’un artiste que vous aimez, maitriser plusieurs techniques, jouer en groupe, faire des lives, et même composer vos premiers morceaux.

Souvenez-vous bien de ce conseil et prenez un carnet, un stylo pour organiser vos objectifs et vous en rappeler dans quelques mois ou plus. 😉

Avoir la bonne méthode

Il existe de nombreuses méthodes pour apprendre la guitare. Il peut être difficile, particulièrement quand on débute, de savoir laquelle nous correspond.
Nous sommes tous différents et choisir la méthode qui convient le mieux à ses besoins spécifiques mérite donc le temps de la réflexion.

  • Si vous êtes autodidacte et autonome, des cours en ligne pourraient être la bonne solution. Vous progressez avec un prof, à votre rythme, de chez vous. Ça présente plusieurs avantages non négligeables : flexibilité (selon vos dispos), accessibilité (de chez vous), rapidité de l’évaluation et de votre progression, formateur reconnu et qualifié + cours de qualité, régularité et auto-discipline, coûts avantageux, etc.
  • Par contre, si vous avez besoin d’un contact plus « humain », choisissez plutôt des cours en présentiel.
  • En ligne ou en présentiel, un bon prof sera toujours vous motiver et vous faire progresser.

Pour ma part, les cours ne sont pas seulement une transmission de connaissances. C’est avant tout une aventure humaine, conviviale et bienveillante. Il n’y a rien de plus gratifiant pour moi que de voir mes élèves progresser et prendre du plaisir.
Par ailleurs, il est de plus en plus fréquent de voir des élèves prendre des cours et suivre en complément une formation en ligne pour approfondir leurs connaissances. La formation en ligne présente également des avantages importants comme l’accès à de nombreux outils de travail qui facilitent l’apprentissage musical et le rendent nettement plus ludique. Se former en ligne permet de progresser à son rythme sans contrainte de planning. De plus, les formations en ligne proposent aujourd’hui des contenus qualitatifs à des prix plus abordables que ceux des cours particuliers.
D’autres guitaristes vont privilégier le jeu en groupe entre amis pour se motiver mutuellement, partager leurs connaissances et progresser ensemble.
Je vous conseille d’essayer, dans la mesure du possible, plusieurs méthodes pour les expérimenter et ainsi voir celle qui vous fait rapidement progresser et qui vous motive le plus.
Des bonnes méthodes, ce n’est donc pas ce qui manque. Par contre, elles fonctionnent seulement si vous êtes discipliné, persévérant et par conséquent si vous vous investissez !

Écouter de la musique

Cela peut paraitre évident et pourtant nombreux sont les élèves que j’ai pu avoir qui n’écoutaient pas naturellement beaucoup de musique. Il existe grosso modo deux comportements possibles.

  • L’approche la plus courante consiste à écouter un peu de musique de temps en temps pour se détendre. C’est plaisant, mais insuffisant quand on veut progresser dans l’apprentissage d’un instrument.
  • La deuxième approche consiste à être curieux… très curieux. C’est-à-dire écouter de la musique tous les jours ou presque. De la musique qui correspond évidement aux styles que vous aimez, et aussi découvrir régulièrement des styles musicaux pour lesquels vous n’avez pas forcément d’affinités. Et vous verrez à quel point, votre culture musicale va considérablement s’enrichir et de ce fait votre approche « guitaristique » va se développer en même temps. Vous allez progressivement façonner votre propre style de jeu. Par ailleurs, soyez critique, mais éviter les aprioris. Par exemple, vous aimez le rock indé, découvrez le répertoire classique, vous êtes un mordu de hard rock, faites une pause et vibrez au son du folk américain ou malien… Lisez aussi des biographies de vos artistes préférés et vous vous rendrez compte à quel point les styles musicaux ont des influences, parfois majeures, les uns par rapport aux autres. La musique est métissée.
Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  [Podcast] Interview d'Eric Legaud : guitare, piano, et autres curiosités

Pratiquer régulièrement et diversifier ses séances de travail

Comme je le disais un peu plus haut, la pratique est la clé pour progresser, mais aussi pour ne pas abandonner. Pourquoi ? Simplement parce que progresser vous motivera toujours ! Pour autant, si vous sentez que malgré une pratique régulière, la motivation baisse, alors je vous conseille de diversifier vos sessions de travail.
J’ai écrit un article « le syndrome de l’imposteur » qui pourrait vous apporter des réponses. 😉 Même si vous n’avez pas toujours beaucoup de temps devant vous pour travailler votre instrument, privilégiez des courtes séances de 15-30 minutes, régulièrement. Vous verrez, c’est très productif et c’est toujours ça de fait ! Pensez aussi à vous aérer de temps en temps et sortez de chez vous, connectez-vous à la nature, allez jouer dans votre jardin, dans un parc public, sur la plage… C’est bon pour le moral !

Guitariste sur la plage.

S’enregistrer pour évaluer sa progression

Acceptez vos réussites et dressez une liste factuelle de vos progrès. Enregistrez vos séances de travail, vos répétitions en groupe et même les cours avec votre prof. Tout support de travail enregistré est bénéfique pour quantifier vos efforts et pour mesurer votre progression. Vous n’avez pas forcément besoin d’un home studio pour cela, un simple smartphone suffira amplement.

Comment rester motivé et continuer de progresser à la guitare. Micro d'enregistrement.

Prendre du recul

Parfois, vous n’aurez tout simplement pas envie de faire de la guitare, et vous savez quoi ? C’est tout à fait normal ! Il est conseillé de vous accorder des pauses de temps en temps. À l’instar d’autres disciplines, il faut savoir faire un break (pas 6 mois ! 😉 ), se libérer l’esprit, penser à autre chose, se divertir d’une autre manière. Par exemple, aller à concert, sortir avec des amis, se dépenser à la salle de sport, passer le week-end à la mer, visionner votre trilogie préférée, se faire un bon resto, reprendre la lecture du bouquin que vous n’avez toujours pas terminé ou pourquoi pas une séance de curling ! Pour ma part, j’aime me replonger dans des albums qui m’ont littéralement bouleversé, ou revisionner des lives qui ont tendance à augmenter le nombre de mes pulsations cardiaques par minute. De bonnes vibrations et généralement, c’est reparti pour un tour !

Comment rester motivé et continuer de progresser à la guitare. Pause nature. Homme qui contemple un paysage.

Jouer en groupe

Faire partie d’un groupe vous permettra de rencontrer d’autres musiciens et aussi de partager votre passion. Partager vos doutes, vos interrogations, mais aussi et surtout vos progrès, vos idées de reprises, de compos, vos découvertes musicales du moment, votre vision artistique… Interaction et émulation développeront votre technique et votre créativité. Une règle d’or : ne restez pas seul ! L’union fait la force…

Comment rester motivé et continuer de progresser à la guitare. Guitaristes en groupe sur scène.

Voilà, j’espère que cet article vous aidera à prendre un peu de recul et remontra le moral de votre pote guitariste déprimé ! 🙂 Nous avons tous eu et à plusieurs reprises des baisses de motivation, et c’est normal. Donc pas de panique, prenez un peu de recul, faites une pause, aérer vous l’esprit, puis (re)stimulez-vous avec un bon concert ou l’écoute de l’album qui vous a fait basculer de l’autre côté, et surtout n’oubliez jamais la raison pour laquelle vous avez commencé.
Voici une vidéo « crème solaire », traduite par Olivier Roland, qui devrait (re)motiver les plus démoralisés d’entre vous ! C’est par ici.
Et vous, quels sont vos conseils pour garder le mojo ? Partagez-les dans les commentaires. Bonne gratte et à bientôt ! 🙂